Une aurore borĂ©ale depuis l’espace

Aurore boreale
L’astronaute de l’Agence spatiale europĂ©enne Thomas Pesquet a pris une photo d’une Ă©tonnante aurore le 20 aoĂ»t depuis la Station spatiale internationale. (CrĂ©dit photo : Thomas Pesquet/ESA/NASA)

Un astronaute Ă  bord de la Station spatiale internationale (ISS) a capturĂ© une nouvelle photo Ă©tonnante des lumières vertes et rouges d’une aurore qui Ă©treint les nuages tourbillonnant autour de la face nocturne de la Terre.

« Une autre aurore mais celle-ci est spĂ©ciale car elle est si brillante », a Ă©crit l’astronaute de l’Agence spatiale europĂ©enne Thomas Pesquet sur Instagram et Twitter. « C’est la pleine Lune qui Ă©claire la face cachĂ©e de la Terre, presque comme en plein jour ». Pesquet a pris cette photo le 20 aoĂ»t.

Il n’est pas clair si les lumières Ă©taient les aurores borĂ©ales, connues sous le nom d’aurores borĂ©ales, ou leur homologue du sud, les aurores australes, selon Business Insider. Les aurores, qui doivent leur nom Ă  la dĂ©esse romaine de l’aube, peuvent ĂŞtre observĂ©es clairement depuis le sol et depuis l’espace, notamment Ă  bord de l’ISS, oĂą de nombreux astronautes ont pris des photos de ces spectacles lumineux fantomatiques.

Les aurores rĂ©sultent de l’interaction entre le vent solaire – un flux de particules chargĂ©es provenant du soleil – et le champ magnĂ©tique de la Terre. Le champ magnĂ©tique accĂ©lère les particules lorsqu’elles pĂ©nètrent dans la haute atmosphère terrestre, oĂą elles entrent en collision avec des atomes et des molĂ©cules, selon la NASA.

Voir le tweet de Thomas Pesquet

Cette collision fait gagner de l’Ă©nergie aux atomes et aux molĂ©cules de l’atmosphère, qu’ils libèrent ensuite sous forme de lumière. « Lorsque nous voyons une aurore lumineuse, nous assistons Ă  un milliard de collisions individuelles qui illuminent les lignes du champ magnĂ©tique de la Terre », explique la NASA. Les diffĂ©rents ions prĂ©sents dans l’atmosphère Ă©mettent diffĂ©rentes couleurs de lumière ; les atomes d’oxygène Ă©mettent une lumière verte ou rouge, tandis que les atomes d’azote Ă©mettent une lumière orange ou rouge, a prĂ©cĂ©demment rapportĂ© Live Science.

Le champ magnĂ©tique de la Terre guide les particules solaires vers les pĂ´les, oĂą l’on observe gĂ©nĂ©ralement les aurores. Mais lors de tempĂŞtes gĂ©omagnĂ©tiques majeures, les aurores peuvent ĂŞtre observĂ©es dans des zones situĂ©es en dehors des pĂ´les, selon la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA). Les tempĂŞtes gĂ©omagnĂ©tiques se produisent lorsque d’Ă©normes quantitĂ©s de plasma, ou de particules chargĂ©es, s’Ă©chappent de l’atmosphère du soleil et frappent le champ magnĂ©tique de notre planète, a prĂ©cĂ©demment rapportĂ© Live Science.