Des scientifiques ont détecté un mystérieux signal

radio telescope

Un signal mystérieux qui semblait émaner de l’étoile la plus proche de notre propre soleil a mis les scientifiques en quête de son origine pendant près d’un an.

Le résultat ? Selon deux études publiées cette semaine dans la revue Nature Astronomy, le signal ne provenait pas d’un monde extraterrestre tournant autour de Proxima Centauri, mais de quelque chose de beaucoup plus banal, peut-être une radio, un téléphone ou même un ordinateur situé quelque part en Australie.

Il s’agit d’une interférence radio d’origine humaine provenant d’une technologie quelconque, probablement à la surface de la Terre

a déclaré à Nature.com Sofia Sheikh, astronome à l’Université de Californie, Berkeley, et co-auteur des deux articles. NPR a tenté de joindre Sheikh, mais en vain.

Le signal a été détecté pour la première fois par un radiotélescope de 64 mètres à l’Observatoire de Parkes, en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie. « The Dish« , comme l’appellent les Australiens, a fait l’objet d’un film du même nom en 2000, avec Sam Neill dans le rôle principal.

Le radiotélescope fait partie de Breakthrough Listen, le plus grand programme de recherche scientifique jamais entrepris pour écouter les « technosignatures » extraterrestres. Le programme, lancé en 2016, est basé au Berkeley SETI Research Center, situé à l’Université de Californie à Berkeley, mais implique des radiotélescopes dans le monde entier.

Comment la recherche s’est déplacée des étoiles vers la Terre.

« C’était un signal vraiment pernicieux« , explique à NPR Jason Wright, professeur d’astronomie et d’astrophysique et directeur du Penn State Extraterrestrial Intelligence Center.

Le signal, qui a duré environ cinq heures à 982 mégahertz, était à une fréquence normalement réservée aux communications aériennes. Mais les chercheurs ont éliminé cette possibilité – il n’y avait aucun avion dans la zone.

« Ce signal imitait exactement ce qu’ils essayaient de trouver. Et c’est vraiment rare. Je veux dire, c’est la première fois depuis des années qu’ils ont vu quelque chose comme ça ».

Wright

Il y avait des signes évidents de production par la technologie, dit-il. Il était à une fréquence spécifique, alors que les signaux naturels se manifestent toujours sur une gamme de fréquences. Ce n’est pas surprenant, car il existe de nombreux signaux d’origine humaine facilement identifiables qui doivent être éliminés en permanence.

Cependant, le signal n’est pas resté à la même fréquence, il a dérivé, explique Wright. « C’est une chose à laquelle on s’attend de la part de choses qui se trouvent dans l’espace« , explique-t-il, car la rotation de la Terre provoque un décalage Doppler de la fréquence.

Ce qui rend la chose encore plus intrigante, c’est que Proxima Centauri, une étoile naine rouge située à seulement 4,2 années-lumière de la Terre, possède deux planètes connues. L’une de ces planètes a une masse minimale très proche de celle de la Terre et tourne autour de l’étoile dans sa « zone habitable« , où de l’eau liquide pourrait exister à la surface.

Mais quand les chercheurs ont cherché le signal à nouveau, il n’était pas là.

Si ce n’était pas des extraterrestres, alors qu’est-ce que c’était ? « Vous pouvez faire quelques suppositions en vous basant sur la façon dont la fréquence dérive. Cela suggère qu’il s’agit probablement d’une pièce électronique bon marché utilisant un oscillateur à quartz », explique Wright.

Les astronomes ont l’habitude d’être déçus par de faux signaux

Seth Shostak, astronome principal à l’Institut SETI, déclare à NPR qu’il a toujours l’espoir de détecter un jour une civilisation extraterrestre, mais que son enthousiasme a été « tempéré avec le temps par le réalisme ».

« Nous avons eu des fausses alertes dans le passé, et vous êtes tout excité pour être déçu quelques jours plus tard quand vous comprenez finalement que le signal était dû à l’Homo sapiens, et non aux Klingons ».

Shostak

Le signal de 2019 a été détecté par le radiotélescope alors qu’il passait 26 heures à écouter dans la région de Proxima Centauri. Mais il est passé inaperçu jusqu’à l’année suivante. C’est alors que Shane Smith, étudiant de premier cycle au Hillsdale College, dans le Michigan, a découvert le signal en examinant les données recueillies par Parkes.

Smith, qui travaillait comme stagiaire de recherche pour Breakthrough Listen, en a parlé à son superviseur, l’astronome Danny Price de l’Université de Californie à Berkeley, qui l’a signalé sur le canal Slack de Breakthrough Listen. Price a d’abord été sceptique.

« Ma première pensée a été que ce devait être une interférence« , a-t-il déclaré à Nature. « Mais après un moment, j’ai commencé à penser que c’était exactement le genre de signal que nous recherchions« .

Smith a dit qu’il était excité mais aussi sceptique, pensant qu’il y avait une explication simple. « Je n’ai jamais pensé que le signal provoquerait une telle excitation », a-t-il déclaré.

Parfois, les mystères de l’espace sont expliqués ; parfois, ils perdurent

Ce n’est pas la première fausse alerte pour les scientifiques qui recherchent une intelligence extraterrestre.

En 2015, par exemple, des astronomes russes utilisant un radiotélescope à Zelenchukskaya, au pied des montagnes du Caucase, au nord de la Géorgie, ont découvert un intéressant signal en forme de faisceau. Celui-ci s’est avéré provenir d’un satellite militaire russe.

Plus célèbre encore, en 1977, des astronomes examinant les impressions d’un observatoire de l’Université d’État de l’Ohio, connu sous le nom de Big Ear, ont détecté une explosion de 72 secondes si inhabituelle qu’un membre de l’équipe, Jerry Ehman, a griffonné « Wow !

Le signal « Wow ! » n’a jamais été expliqué de manière satisfaisante, dit Wright. « Les gens se sont penchés dessus », dit-il. « Nous n’allons pas soudainement avoir un moment d’euphorie en découvrant ce que c’était. Je pense que cela restera un mystère, à moins que cela ne se reproduise. »