Une nouvelle catégorie de planètes habitables

planete

Une équipe d’astronomes a obtenu les images les plus nettes et les plus détaillées à ce jour de l’astéroïde Kleopatra, à l’aide du Very Large Telescope de l’Observatoire européen austral (VLT de l’ESO).

L’astéroïde Kleopatra et ses deux petites lunes, AlexHelios et CleoSelene, d’après les données recueillies en juillet 2017. (ESO/Vernazza, Marchis et al./algorithme MISTRAL

Ces observations ont permis à l’équipe de déterminer la forme et la masse en 3D de cet astéroïde particulier, qui ressemble à un os de chien, avec une précision jamais atteinte auparavant. Leurs recherches fournissent également des indices sur la façon dont cet astéroïde et les deux lunes qui l’orbitent se sont formés.

« Kleopatra est vraiment un corps unique dans notre système solaire« , a déclaré le chercheur principal Franck Marchis, astronome au SETI Institute de Mountain View, aux États-Unis, selon l’étude publiée dans la revue Astronomy and Astrophysics.

« La science fait beaucoup de progrès grâce à l’étude d’aberrations étranges. Je pense que Kleopatra en fait partie et que la compréhension de ce système complexe d’astéroïdes multiples peut nous aider à en apprendre davantage sur notre système solaire« , a ajouté M. Marchis.

Kleopatra tourne autour du Soleil dans la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter. Les astronomes l’ont surnommé « astéroïde en os de chien » depuis que des observations radar réalisées il y a une vingtaine d’années ont révélé qu’il possède deux lobes reliés par un épais « cou ».

En 2008, on a découvert que Kleopatra était entouré de deux lunes, baptisées AlexHelios et CleoSelene, du nom des enfants de la reine d’Égypte. Pour en savoir plus, l’équipe a utilisé des clichés de l’astéroïde pris à différents moments entre 2017 et 2019 avec l’instrument SPHERE (Spectro-Polarimetric High-contrast Exoplanet REsearch) du VLT de l’ESO.

Comme l’astéroïde était en rotation, ils ont pu le voir sous différents angles et créer les modèles 3D les plus précis de sa forme à ce jour.

Ils ont défini la forme en os de chien de l’astéroïde et son volume, en constatant que l’un des lobes est plus grand que l’autre, et ont déterminé que la longueur de l’astéroïde était d’environ 270 kilomètres, soit la moitié de la longueur de la Manche.

La structure en tas de gravats de Kleopatra et la façon dont il tourne donnent également des indications sur la façon dont ses deux lunes ont pu se former. L’astéroïde tourne presque à une vitesse critique, vitesse au-delà de laquelle il commencerait à se désagréger, et même de petits impacts peuvent soulever des cailloux à sa surface, ont expliqué les astronomes.

L’équipe pense que ces galets ont pu former AlexHelios et CleoSelene, ce qui signifie que Kleopatra a véritablement donné naissance à ses propres lunes.